ASSEMBLEE GENERALE DE SEVE – 15 JANVIER 2011- MARC PARCE

MARC PARCE PRESIDENT DE SEVE
Chers Collègues
Certains peut-être, certains sûrement se posent la question de
l’existence ou de la non-existence de Sève ! Qu’ils se rassurent ;
partageant la conviction avec le président de l’INAO qu’un travail de
fond peut se faire loin de l’agitation – le bien ne fait pas de bruit, le
bruit ne fait pas de bien – nous avons continué à notre modeste
niveau, et plus exactement au niveau local, dans nos appellations à
essayer de protéger le concept de TERROIR ; quant au niveau
national c’est principalement avec la CNAOC et les divers OI que
nous avons poursuivi notre réflexion et nos propositions quant à la
directive sur l’analyse sensorielle. Nous sommes également retourné
à Bruxelles cet été, rencontrer comme les années précédentes des
responsables chargés de la réforme à cet échelon

Cependant en ce début d’année 2011 il nous faut faire le point sur l’état de la réforme, ses
dérives et ses manquements quant aux objectifs fixés. Malheureusement on peut déjà dire sans se tromper que la mise en place de cette réforme supposait au préalable l’existence d’une véritable vie collective dans les ODG, les syndicats d’AOC ainsi qu’un fonctionnement
réellement démocratique. Par ailleurs comme nous le savons tous, nous pouvons l’expérimenter
bien après Montesquieu, il n’y a pas de vie démocratique sans vertu et sans éthique… Je n’en
dirai pas plus pour l’instant mais là où les vignerons n’avaient pas l’habitude de travailler
paisiblement ensemble, il est bien compliqué de faire fonctionner un ODG et de travailler à
l’objectif que nous nous sommes fixés .

Il est un autre sujet d’inquiétude et celui-là plus préoccupant : c’est la façon dont est géré
par certains membres du Comité Vins le problème du lien au terroir et la place qu’occupent
les cépages dans nos AOC. En effet devant la difficulté posée par cette définition du lien au
terroir, la position communément proposée a été de nier cette réalité et d’en confier l’étude
et la rédaction aux agents de l’INAO ! Puis plus grave encore, finalement un travail insidieux
est à l’œuvre qui vise à confondre simplement le « goût » de l’appellation avec celui du
cépage unique ou dominant ! Glissement sémantique, historique, culturel inacceptable pour un pays qui devrait incarner dans sa viticulture de terroir une conception originale et plurielle de la notion d’appellation. Mais le fond du problème est bien là : à force de tordre le coup à cette réalité et d’avoir voulu à tout prix se servir de cette notion de terroir comme outil de définition de l’ensemble de la viticulture française, on est bien obligé de constater aujourd’hui que dans de nombreux cas la dimension identitaire du lien au terroir est tout simplement inexistante ! Et la rédaction du lien au terroir comme point de départ du cahier des charges bien compliquée ! Dans une Europe qui va voir disparaître très rapidement les droits de plantations et qui laisserait les vignerons français s’enfermer dans une définition par le cépage, par le goût du cépage, du lien au terroir, on conçoit facilement que la conséquence de ces cahiers des charges vides de liens donc vides de sens serait à terme la disparition du concept d’appellation au profit de celui de la marque privée. Si tel était le cas, ce serait finalement la victoire totale d’un libéralisme débridé auquel auraient prêté la main ceux qui avaient pour vocation la protection d’ une viticulture vigneronne, éthique, collective et paysagère .

Contrairement à ce qu’on entend trop souvent ce sont les vignerons dans leur appellation qui
se doivent à la rédaction de leur cahier des charges, leur lien au terroir – quand il existe -
rappelez-vous le leitmotiv de René : « écrivez ce que vous faites, faites ce que vous écrivez  » !
Les vignerons dont la vie, par leurs parents et leurs grands-parents s’inscrit dans leur terroir le savent, le cépage n’est qu’une composante de l’appellation et l’eugénisme qui est préconisé à l’égard des vieux, des soi-disant mauvais cépages et des anciennes pratiques, n’est pas
acceptable. Cette orientation industrielle de la viticulture n’est pas concevable dans le champ
d’intervention des appellations qui nous concerne. Aujourd’hui comme hier, nous pensons que les IGP conviendraient mieux à cette conception. Nous sommes au regret de constater combien trop souvent les orientations retenues pourraient faire injure à la mémoire des fondateurs du concept d’appellation tout imprégniés qu’ils étaient d’une exigence et d’une intelligence paysanne fort éloignée d’une vision normée de notre métier. C’est la raison pour laquelle en hommage au Baron Leroy nous ferons notre Assemblée Générale à Châteauneuf du Pape. pour les amis de Joseph Capus Marc Parcé
Il nous semble donc urgent en ce début d’année 2011 de mettre en garde les consommateurs, les vignerons et … un certain nombre de nos représentants au comité national de l’INAO : Nous ne pourrons jamais, au nom de la réforme, accepter l’uniformisation qui se met en place.

CONVOCATION
Les membres de l’association SEVE sont conviés à l’Assemblée Générale ordinaire qui aura lieu le 15 janvier 2011 à Châteauneuf du Pape. Il sera présenté à l’ordre du jour : – Les dérives de la réforme des AOP . Perspectives et solutions pour en sortir vers le haut – la diversité des cépages dans l’expression des terroirs.
Les personnes souhaitant se présenter au nouveau Conseil d’Administration sont priées de se
faire connaître auprès du secrétariat : à Patrick Baudouin sevevignerons@gmail.com
Les membres à jour de leur cotisation ont le droit de vote. Merci de confirmer votre présence
par retour. En cas d’impossibilité de participer, il vous est possible d’être représenté par un autre membre (comme prévu aux statuts) pour cela établir un pouvoir et nous l’adresser avant le 14 janvier 2011.
Le 20 décembre

This entry was posted in SEVE L'ASSOCIATION. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>